NEW ALBUM

NEW ALBUM 2021 : SAISON SECRETE

#improvisation#nudesong

Balance des étoiles

SAISON SECRÈTE, Balance des étoiles

At ‘La Buissonne music studio’, a space she has tamed for several years during her recordings, Pascale Berthelot has opened up the silky-sounded path which, since her childhood and with the tips of her fingers, has been guiding her destiny.

To the point of bewildering herself, this new opus, recorded in the course of an insolent drift playing with codes and dogma so many times repeated to offer an unprecedented grammar, marks a decisive turning point in her career as a musician that she would now like to direct towards the cross(l)over with other artistic universes 

Today, in « Secret Season », at the invitation of Gérard de Haro, she now presents what has risen on the open horizon of the unknown, i.e. an abyssal field, a little music from the antechamber of a new musical territory, a filigree of her relationship to the world, a surprising claim written in ink from the felt of the hammers of her heart.

Pascale Berthelot makes us dive into a parallel universe madly lulled by this random movement of a Lost in translation and offers us a fifth season where intuition and imagination reveal in real-time the DNA of an artist as sensitive as she is sensual.


ECM (International) / PIAS (France)

www.ecmrecords.com

.

Au studio La Buissonne, espace qu’elle a apprivoisé depuis plusieurs années lors de ses enregistrements, s’est ouvert pour Pascale Berthelot le chemin bruit-soyeux qui, depuis son enfance et du bout de ses doigts, a guidé son destin.

Au point de s’en étonner elle-même, ce nouvel opus, enregistré au cours d’une dérive insolente se jouant des codes et du dogme tant de fois répétés pour en proposer une inédite grammaire, marque un tournant décisif dans sa carrière de musicienne qu’elle aimerait désormais orienter vers le cross(l)over avec d’autres univers artistiques.

Dans « Saison secrète », elle présente aujourd’hui, à l’invitation de Gérard de Haro, ce qui a surgi à l’horizon ouvert de l’inconnu, c’est à dire un champ abyssal, petite musique de l’antichambre d’un nouveau territoire musical, un filigrane de son rapport au monde, une revendication surprenante écrite à l’encre du feutre des marteaux de son cœur.

Pascale Berthelot nous fait basculer dans un univers parallèle, éperdument bercée par ce mouvement aléatoire d’un Lost in translation et nous offre une cinquième saison où l’intuition et l’imaginaire révèlent en Real-time l’ADN d’une artiste aussi sensitive que sensuelle.

Press //

https://www.allaboutjazz.com/saison-secrete-pascale-berthelot-la-buissonne?fbclid=IwAR2-UBB0xj588EbYez4q1MoZpktoeDCQH0Ke3GOwBNLcT0mXUQGBDgEAnRI

« Le récent accord qui a confié à ECM la diffusion et la promotion des œuvres créées par le label français La Buissonne était nécessaire pour donner plus de visibilité à un catalogue encore trop méconnu malgré l’excellente qualité de nombre de ses propositions. La Buissonne est née comme un studio d’enregistrement de haut niveau, et à ce titre – depuis la fin des années 90 – elle ne peut manquer d’entrer dans l’orbite d’ECM, toujours attentive à l’excellence dans ce domaine. La collaboration s’est approfondie au fil des années, au point d’aboutir à la diffusion par ECM du catalogue La Buissonne, qui depuis sa création en label en 2003 a sorti une quarantaine de titres.Parmi les joyaux du catalogue, se démarque assurément cette œuvre de la pianiste Pascale Berthelot, spécialisée dans l’exécution et l’interprétation d’œuvres d’artistes contemporains ; pour le label français, elle avait enregistré des œuvres de John Cage, Morton Feldman et Ivan Fedele, qui figuraient dans une série consacrée à la musique contemporaine. Cette Saison secrète a été entièrement enregistrée lors d’une séance d’enregistrement totalement improvisée en novembre 2018, et a livré les cinq pièces qui composent le disque, d’une durée comprise entre 3 minutes de « Ciel s’illune » et plus de 22 minutes de « Clair éclat de l ‘M.. » Il est étonnant de penser que des pièces aussi complexes et articulées, à forte saveur impressionniste (les références à Debussy sont présentes dès les titres des chansons), soient sorties des doigts de la pianiste sans accompagnement prédéfini, dans le cours d’une « dérive insolente », comme la pianiste elle-même le décrit dans les notes de l’album.Jusqu’à présent Keith Jarrett seul nous avait habitués à ces formes de composition instantanée, qu’il pratiquait de façon continue dans ses récitals en solo depuis le début des années 1970, et la relativement courte (environ 6 minutes) « Chambre sans langage » pourrait être l’un des rappels proposés. par le pianiste. Mais si chez Jarrett l’arrière-plan jazz est toujours présent, dans le cas de Berthelot le jazz est pratiquement totalement absent, confiant la genèse musicale à un arrière-plan culturel à base d’impressionnistes de l’école française et de romantiques, ce que la pianiste démontre à avoir assimilé à la perfection. Dès le premier morceau « Balance des étoiles », on est submergé par les émotions générées par une cascade de notes qui nous renvoient à cette illustre tradition pianistique, et qui ne peuvent laisser indifférents ceux qui en ont toujours admiré l’éblouissante beauté.Un disque dans lequel s’immerger et se laisser aller à plusieurs reprises, pour en savourer toutes les nuances subtiles. Dans les notes de l’album, cela est indiqué comme un tournant pour la pianiste ; étant donné la qualité exceptionnelle du résultat, nous espérons que cela ne restera pas un cas isolé, en se demandant aussi si Berthelot proposera cette approche également dans ses concerts. Quoi qu’il en soit, cet album restera un chef-d’œuvre absolu, l’une des plus belles œuvres contemporaines pour piano. »Mario Calvitti Allaboutjazz Italia#saisonsecrete#labuissonne#ecmrecords#pias#steinwayandsons#inspiration#respiration#improvisation#allaboutjazz@pascaleberthelot

http://www.blogdechoc.fr/2020/11/disques-petite-pluie-automnale-1.html